Skip navigation

_l'oiseau sensible

Publicités

2 Comments

  1. La porte ne peut pas s’ouvrir
    mais la trace perce le mur…
    et le signe efface le silence.
    Fort beau

  2. Un ermite contemple une branche qui tombe,
    Bois mort qu’ont détaché les rafales d’hiver ;
    Le vent a dispersé les ornements des tombes
    Et fait trembler sur pied les cyprès toujours verts.

    Le vieillard se promène, arrosé par les trombes ;
    Il a si souvent vu s’agiter l’univers
    Qu’à des effrois communs, rarement, il succombe,
    C’est doux d’aller au vent, quand on est bien couvert.

    Le cimetière exhale une odeur de forêt ;
    Presque aucun visiteur aujourd’hui n’y paraît,
    Au milieu d’une allée danse une fleur séchée.

    – Tu n’es pas à l’auberge, avec ce mauvais temps ?
    — Je préfère être ici ; mais je boirai pourtant
    La bouteille qu’auprès d’un tombeau j’ai cachée.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :